Lamar Hunt 6/6

Dernières batailles

Retour aux affaires

Après avoir délaissé Kansas City du fait de ses nombreux investissements dans le monde du sport professionnel, Lamar revient aux commandes des Chiefs et cherche désespérément un successeur à Hank Sramm. L’entrepreneur texan signe Marty Schottenheimer pour occuper le poste de coach. Ce dernier possède une bonne expérience dans le domaine du coaching. Hunt et Schottenheimer travaillent à reconstruire une équipe pourvue de faiblesse à tous les niveaux. La défense est transformée, les équipes spéciales sont remaniées, reste l’attaque des rouges…

En raison des ennuis de santé et contractuelle de Joe Montana avec San Francisco,  Hunt et Schottenheimer se mettent en tête d’attirer le meilleur quarterback de l’histoire du football américain. Pas très bien remis d’une vilaine blessure, Montana joue peu et Steve Young drive les 49ers sans trop de problèmes. Pour les dirigeants de San Francisco, la cause est entendue, ainsi Montana se retrouve sur le marché. Hunt et Schottenheimer ne perdent pas de temps à convaincre le Roi Montana…

Joe Montana intègre les Chiefs avec l’assurance d’un jeu offensif adapté à sa personne. Peu après, Schottenheimer recrute Marcus Allen, coureur vedette des Raiders et de la NFL, certes vieillissant, mais qui a encore du jus. Lamar Hunt tient sa dream team…

Si près du but

Les Chiefs surmotivés par ses nouvelles arrivées remportent leur division et file en finale de l’AFC. Les rouges sont finalement battus par les Buffalo Bills qui file vers leur quatrième participation d’affilée au Super Bowl, mais le coup est passé près de voir Montana et ses coéquipiers disputés le titre suprême…

La saison suivante, les rouges sont moins performants, les stars sont fatiguées. Les Chiefs disputent les play-offs, mais s’inclinent une fois de plus. Malgré le retrait de Montana, les rouges sous le commandement de Schottenheimer filent à deux autres reprises en finale de l’AFC sans pouvoir triompher. Hunt fut déçu, si près du but, mais c’est le jeu. Fatigué, il décide de préparer sa succession. Il désigne son fils Clark issu de son deuxième mariage pour prendre les rênes de la franchise du Missouri.

Entre deux rives

Si Lamar Hunt fut profondément marqué par l’héritage de son père, il ne fut jamais en situation de devoir se dissocier de la réputation de son père. De nos jours, il est de bon ton pour des réseaux financés par l’establishment à travers certaines universités, médias et officines que l’on trouve sur Internet de  mettre sur le dos d’HL Hunt, tous les crimes qui ont ensanglanté les États-Unis durant les années soixante. C’est confortable, et on peut faire carrière…

Certes, HL Hunt était un entrepreneur un brin canaille, droitard, néanmoins, l’homme n’était pas dénué d’âme. Aucun passif sérieux à son encontre, pas même la tragédie de New London ou une de ses sociétés fut impliquer dans l’accident, mais Hunt et ses employés n’était en rien responsable du drame. Marqué par l’ampleur de la catastrophe, HL Hunt assumera tous les frais d’obsèques et d’hospitalisation d’une population meurtrie à jamais. Aucune affaire douteuse avec les ennemis des États-Unis, d’immixtion dans le domaine de la recherche conduisant au pire. Pas d’acte de hautes corruptions, aucun acte lié à la violence sociale, pas de Teapot Dome, ni de massacre de Ludlow à son encontre, là où ses ennemis cumulent en masse les pires méfaits commis au XIX et XX siècle. Ça continue…

HL Hunt était un réfractaire à l’ordre dessiné et établi par les puissances d’argent du nord. Toutefois, à l’orée des années cinquante, et ce dans un souci d’apaisement, le libertarien disparu pour laisser place à un libéral conservateur, angoissé et paranoïaque…

Presbytérien puis baptiste sous l’emprise de sa deuxième épouse, HL Hunt était un homme peu structuré en théologie politique. Il réfutait être un anarchiste, ce qu’il avait été durant la première partie de son existence le conduisant à une ascension vertigineuse, parallèlement il tançait ses interlocuteurs qui le présentait comme un libéral conservateur. Hunt avait tendance à tout confondre. Ses écrits et ses interviews se passent de commentaires.

Durant toute son existence, Lamar Hunt fut partagé sur son action. Une attitude dictée par l’héritage du père. Rebelle, frondeur, prêt à remettre en jeu ce qui avait été gagné la veille et la volonté d’entreprendre à grande échelle des projets visant à bousculer l’ordre établi par des rentiers solidement ancrés à leur fauteuil.

En retour, en fonction de ses réalisations et de ses engagements, il fut contraint d’adhérer au pouvoir dessiné par les élites du nord-est du pays, des gens qui pensent gouverner l’Amérique du Nord, ad vitam aeternam…

Épilogue  

Vu les tempêtes qui s’annoncent à l’avenir sur le plan social, politique et économique, de par son odyssée, Lamar Hunt a ouvert des perspectives. Le monde du sport professionnel après s’être enfermé dans un entertainment sous contrôle va peu à peu évoluer pour muter vers autre chose, c’est une certitude. Lamar Hunt a dessiné sans l’avoir pensée, le futur du sport professionnel…

Présent  

Lamar Hunt aimait suivre les rencontres de son équipe en tribune, délaissant le confort traditionnel des loges. Après son sa mort survint en 2006, sa place habituelle a été remplacée par un siège de couleur jaune. Le patron reste présent…

L’argent annule la créativité, stimule la comformité