L’affaire Howard Hughes – John Cooper

 

Richard Decker/Time Magazine – Howard Hughes et John Cooper en 1961, photo parue dans Time du 10 mai 1976

 

Le cas abordé à travers cet article reste à ce jour un chapitre méconnu de l’histoire du sport automobile. L’homme sur la photo n’est autre que le célébrissime industriel-aviateur américain Howard Hughes 1905-1976. Récemment, une partie de sa vie a fait l’objet d’un film, Aviator, mis en scène par Martin Scorcèse avec Leonardo DiCaprio dans le rôle-titre.

Le cliché est une des deux seules photos couleur recensé de l’entrepreneur texan. Elle paraît trois semaines après le décès du milliardaire dans le magazine Time du 10 mai 1976. Personne ne sait de quand elle date. Les fans de l’aviateur pensent que c’est un faux. En effet, mais il s’agit bien d’Howard Hughes sur le document photo. En arrière-plan on distingue John Cooper chairman et propriétaire de la firme Cooper Car et son personnel. C’est là que la légende commence…

 

Le fantôme et l’entrepreneur

John Cooper artisan et constructeur automobile, fondateur de l’écurie de course Cooper aurait avoué à son fils qu’Howard Hughes s’était entretenu avec lui, lors du Grand-Prix des USA à Watkins-Glen en 1961. La discussion portait sur l’achat de son écurie. Howard Hughes qui déambule dans le paddock de Watkins-Glen durant l’année 1961, tient de l’impossibilité. Depuis quelques années, le milliardaire avait disparu de la vie publique préférant vivre dans un certain anonymat entouré d’une armée d’aides et de gardes du corps. La question est pourquoi ce montage ? Et John Cooper a-t-il menti ? À première vue, cela peut paraître complexe, mais on peut tenter d’y répondre.

 

Technologie

Il était logique que Howard Hughes féru de technologie depuis sa plus tendre enfance s’intéresse à la compétition automobile. Adolescent, il part faire une visite chez un concessionnaire de Houston pour acheter une voiture. Le vendeur interloqué par l’âge du jeune homme passe un coup de téléphone à son père, un petit industriel spécialisé dans l’extraction du pétrole. Hughes Sr demande à l’employé ce que veut faire son fils avec cette voiture.

L’interlocuteur répond qu’il veut la démonter et la remonter entièrement. Hughes Sr, acquiesce et ordonne au vendeur de faire livrer la voiture à son domicile. En 1932, le jeune texan crée la Hughes-Aircraft, une société qui comprend quatre personnes, dont Glenn Odekirk. Ce jeune ingénieur est la seule personne avec l’acteur Cary Grant et Noah Dietrich le bras droit de l’industriel qui sera qualifié d’ami et de proche durant toute l’existence de Hughes. Vingt-ans plus tard, Hughes-Aircraft emploi des milliers de personnes et Odekirk supervise tous les projets qui sortent des cartons de la société.

 

Cooper à Indianapolis en 1961

Indianapolis

En ce début d’année 1961, la presse sportive américaine se focalise sur l’épreuve des 500 miles d’Indianapolis avec une couverture médiatique plus intense que les années précédentes, car l’écurie Cooper double championne du monde de Formule 1 a fait le déplacement. Le team britannique aligne une monoplace légèrement modifiée. Sa silhouette au milieu des énormes machines US à moteur avant Offenhauser fait sensation. Hughes qui réside dans une propriété aux rideaux fermés suit tout cela à travers la télévision et les magazines spécialisés. Quinze ans plus tard à la mort du milliardaire texan, cette photo paraît dans le magazine Time. Ce cliché qui est une photo montage provenait sans doute d’un magazine américain des années soixante.

 

Intérêt

Hughes a sans doute contacté au téléphone – son dada favori – John Cooper. La teneur de la conversation est restée secrète, quoi qu’il en soit les deux hommes n’ont trouvé aucun terrain d’entente. On peut supposer que Hughes cherchait un débouché supplémentaire pour exploiter le formidable savoir de son empire industriel. Chouchou des administrations Truman, Eisenhower, Hughes-Aircraft devient après-guerre, le leader dans le domaine électronique sur le marché US et renforce sa position dans la course à l’espace. Hughes-Aircraft joue un rôle essentiel dans les programmes spatiaux Gemini, Apollo et Skylab.

 

Un coup de bluff de John Cooper ?

Et si le jeune entrepreneur anglais avait fabriqué cette fausse affaire pour attirer vers lui l’attention de plusieurs investisseurs ? Il semble peu probable que le sympathique John Cooper se soit laissé à aller monter une telle histoire, même si le constructeur de Surbiton fut durant son odyssée en Formule 1 confrontée à un manque d’intérêt de la City. Ces pourparlers entre Cooper et Hughes ont  fuité d’où ce montage photo.

 

La piste Owen Maddock ?

Vu le niveau de développement de son empire, acheter une écurie de Formule 1 pouvait être assimilée à un enfantillage. Howard Hughes était réputé pour ses exploits d’aviateur passé et ses frasques hollywoodiennes, mais c’est un fait peu connu, il était aussi le plus formidable chasseur de têtes de son époque. Un ingénieur perdait son temps dans une entreprise, Hughes le débusquait et le faisait signer à Hughes-Aircraft sur le champ. Hughes détestait les financiers, les bureaucrates, les managers, les hauts gradés de l’armé et les politiques, un ramassis de parasites. Seuls les créatifs de son espèce avait droit à son attention. Hughes visait l’acquisition de Cooper F1, mais c’est Owen Maddock, ingénieur en chef du team champion du monde en 1959 et 1960, qui intéressait l’industriel texan. Owen Maddock fut le premier ingénieur britannique à se mettre en évidence en F1, mais suite aux deux couronnes mondiales acquises en 1959 et 1960, sa motivation a décliné.

Owen Maddock

Il reste au service de Cooper et se contente de superviser le travail d’autre ingénieur. En 1965, il quitte Cooper et aide son ami Bruce McLaren pilote chez Cooper à produire une voiture de sport pour les disciplines US. Peu après, il abandonne définitivement la compétition automobile et se tourne vers la construction d’hovercrafts et une multitude de véhicules spécialisés dans les grands travaux. Howard Hughes avait foi en l’ingénierie et Owen Maddock était sans doute dans son viseur d’où l’intérêt d’acheter la firme de Surbiton. En donnant les moyens nécessaires à Maddock et Cooper pour se développer, Hughes ne prenait aucun risque, il pouvait s’introduire dans le monde de l’automobile en Europe dans un premier temps avant de pouvoir défier à terme les géants de Detroit.

 

Un mal pour un bien

Une réalité s’impose. Le non-achat de Cooper par Howard Hughes fut une bonne chose pour l’ensemble du sport automobile, car vu le niveau d’investissement et le savoir-faire de Hughes Aircraft en matière de matériaux composites et de très haute technologie, Cooper aurait anéanti la course automobile.

Ce cliché couleur date de 1952. Howard Hughes essaye à plusieurs reprises un jet de la société Avro Canada ( Avro C102 Jetliner pour 50 passagers ) dans le but d’équiper sa compagnie aérienne, la TWA. Prise par le pilote de la firme Avro, Don Rogers, elle demeure une des deux photos couleur recensées par les fans de l’aviateur.