Évolution du jeu

Lors de l’intersaison 1936-37, Preston Marshall un homme d’affaires et seul actionnaire de la franchise des Boston Redskins délaisse la Nouvelle-Angleterre pour la capitale de l’état fédéral, Washington. Marshall est à l’origine de la naissance de cette équipe. Il récupère une formation en stand-by et la rebaptise Boston Braves. Deux années plus tard, ses deux associés se retirent de l’affaire déçue par le manque d’adhésion du public bostonien. Marshall change de stade et en hommage à son entraîneur d’origine amérindienne débaptise la franchise pour lui donner l’appellation de Redskins. Les “peaux rouges” de Marshall aménagent dans le Griffith Stadium, antre de l’équipe de baseball des Washington Senators.

Durant cette intersaison, Marshall se laisse séduire par un jeune joueur qui officie à l’université de Fort Worth au Texas. Un scout a repéré cet élément adepte de la passe aérienne, un geste encore peu rependu dans le football américain. Au camp d’entraînement, Baugh enfile le numéro trente – trois. Ray Flaherty, coach des Skins est intéressé par l’approche du jeu que veut développer la recrue texane. Flaherty dynamise son effectif et tout le monde adhère à ce jeu pluriel.

Cette première saison dans la capitale est une réussite. Le public fait un bon accueil aux hommes du coach Flaherty. Sammy Baugh par ses performances écrit une grande page de l’histoire du football américain. Durant cette saison, Baugh produit 171 tentatives et 81 passes complétées, 1127 yards gagnés en passe, 8 TD pour 14 interceptions.

Washington remporte huit victoires contre trois défaites. Vainqueur d’une division ou figure les New York Giants, les Pittsburgh Steelers, les Brooklyn Dodgers et les Philadelphia Eagles, les joueurs de Flaherty dispute la finale du championnat à Chicago au Wrigley Field. Les Skins sont opposés au Chicago Bears. Malgré les sorties répétées de Sammy Baugh, les Chicago Bears sont ultras favoris, les hommes du coach George Halas semblent intouchables…

Sammy Baugh n’a que faire de la réputation de ses adversaires, le jeune rookie met rapidement son équipe dans la bonne marche, il explose tous les compteurs. Le jeune Texan Baugh lance pour 352 yards, le public est étourdi par cette performance, George Halas et ses joueurs sont impuissants face à cette démonstration, les Bears s’accrochent, mais les Skins s’imposent sur la marque de 28-21. La toute jeune franchise de Washington remporte le premier titre majeur de son histoire le tout à la grande satisfaction de son président et propriétaire George Marshall. Fort de ce titre, ce dernier va prendre une importance stratégique dans le développement de la NFL. Cette défaite reste en travers la gorge de George Halas, si Chicago veut sa revanche, Halas admet que le jeu vient d’acquerir une nouvelle dimension. Malgré ce premier titre national, les Redskins ne performent pas les années suivantes. Si la franchise termine ses saisons en positif, les Skins sont devancés par les New York Giants à deux reprises. En 1940, Washington réalise une année presque parfaite – 9/2 – et retrouve en finale l’ennemi juré, les Chicago Bears.

La formation de George Halas a évolué, un jeune quarterback Sid Luckman a été drafté dans le but de doter l’attaque de Chicago d’un système de jeu en passe efficace. Le 8 décembre 1940, à Washington devant 36 034 spectateurs, les Chicago Bears étrillent les Washington Redskins sur la marque de 73-0.

Les Redskins ne possèdent pas un groupe de joueurs aussi fourni que celui de Chicago et le coach Flaherty s’en remet aux exploits de Sammy Baugh et du running back starter Andy Farkas pour dissimuler certaines faiblesses de l’effectif. Deux années plus tard, Sammy Baugh prend sa revanche. Le 13 décembre 1942, à Washington devant 36 006 spectateurs, les Skins disposent des Bears sur la marque de 14-6. Tel un chassé-croisé, les Bears répliquent la saison suivante et remportent le titre NFL à domicile sur le score de 41-21. C’est la derniere participation de Sammy Baugh et des Redskins à la finale du championnat NFL.

Bien que privé de la rencontre ultime de la saison, Sammy Baugh n’en demeure pas moins le leader charismatique de son époque. Le joueur évolue aussi au poste de défensive back. Il est l’auteur de quatre interceptions durant une saison et pour pallier le manque de punter, il joue également à ce poste, il est crédité sur une saison avec un tonitruant 51 yards de moyenne. Après avoir raccroché les crampons, Baugh se tourne vers une carrière de coach, il dirige successivement l’Université de Hardin-Simmons, les New York jets et les Houston Oilers. Sammy Baugh est décédé le 17 décembre 2008 à Rotan dans le Texas.