Edurne Pasaban, la reine de l’Himalaya

Mai 2009, sommet du Kangchenjunga. L’alpiniste sud-coréenne Oh Eun-sun, prétend avoir atteint le sommet du quatrième plus grand sommet de la chaîne himalayenne.

Quelque temps plus tard, certaines personnes de la communauté des alpinistes commencent à mettre en doute son ascension. Oh Eun-sun brandit une photo qui la montre au sommet du Kangchenjunga. Le cliché est de mauvaise qualité. On ne discerne rien de bien tangible qui puisse accréditer de la victoire de la Sud-Coréenne.

Face au doute de la communauté des montagnards, les sponsors organisent une conférence de presse. Un des trois sherpas qui avait accompagné Oh Eun-sun témoigne. Il affirme avoir pris la photo au sommet Kangchenjunga. La contestation ne désemplit pas, surtout dans le camp espagnol, car la Coréenne est depuis quelques années en concurrence avec Edurne Pasaban pour être la première femme à avoir gravi tous les 8000 de l’Himalaya. Un peu plus tard, les deux autres sherpas finissent par reconnaître qu’Oh Eun-sun n’a pas atteint le sommet du Kangchenjunga.

 

La reine Edurne

Edurne Pasaban Lizarribar, née le 1er août 1973 à Tolosa Pays basque est donc la  première femme à avoir réussi à gravir les 14 sommets de plus de 8 000 mètres. Initiée dès son plus jeune âge à la montagne, adulte elle commence à gravir l’ensemble des sommets des Alpes.

Le 23 mai 2001, elle atteint le sommet de l’Everest, son premier 8000, durant une décennie cette ingénieure de profession gravit chaque année un à deux sommets de l’Himalaya.  Le 17 mai 2010, elle vient à bout du Shisha Pangma, son 14e sommet de plus de 8 000 m. Ses ascensions n’ont jamais été contestées, parfaitement entouré, elle a toujours mis un point d’honneur à ce que son travail ne soit entaché d’aucune suspicion.

Dans cette quête à vouloir être la première femme ayant vaincu les 14 sommets à plus de 8000 mètres, l’alpiniste basque s’est toujours donné le temps de ne pas précipiter les choses. Elle préfère préparer minutieusement ses expéditions. C’est ce manque de professionnalisme qui a manqué à Oh Eun-sun. Le fait de vouloir aller trop vite pour être la première à pousser la Coréenne à prendre des risques au point de négliger certaines règles élémentaires, ce que la montagne ne pardonne jamais.

Edurne Pasaban n’a jamais accusé sa rivale de tricherie.

« Elle s’est fait abuser à plusieurs égards, le temps était tellement mauvais, le sherpa lui a dit que c’était le sommet, ils ont pris une photo et ils ont entamé leur descente »

Après cet ultime exploit qui l’a fait rentrer dans l’histoire de l’alpinisme, Edurne Pasaban a recueilli une pluie d’hommage venant de multiples organisations et comités du pays.

Edurne Pasaban et Oh Eun-sun

Les quatorze sommets de plus de 8000 mètres conquis par Edurne Pasaban

Everest (8848 m), Chine/Nepal, 23  mai de 2001

Makalu (8465 m), Chine/Nepal, 16 mai de 2002

Cho Oyu (8201 m), Chine/Nepal, 5 octobre de 2002

Lhotse (8516 m), Chine/Nepal, 26 mai de 2003

Gasherbrum II (8035 m), China/Pakistán, 19 juillet de 2003

Gasherbrum I (8068 m), Chine/Pakistán, 26 juillet de 2003

K2 (8611 m), Chine/Pakistán, 26 juillet de 2004

Nanga Parbat (8125 m), Pakistán, 20  juillet de 2005

Broad Peak (8047 m), Chine/Pakistán, 12  juillet de 2007

Dhaulagiri (8167 m), Nepal, 1 mai de 2008

Manaslu (8156 m), Nepal, 5 octobre de 200818

Kangchenjunga (8598 m), Inde/Nepal, 18 mai de 2009

Annapurna (8091 m), Nepal, 17 avril de 2010

Shisha Pangma (8027 m), Tibet, 17 mai de 2010